Vers(et) deux terres

2013, Impressions jet d'encre sur bois, 16X24 cm, composée de 76 photographies,
est un poème photographique. Les images qui l’écrivent, ont pour origine un carnet de route d’un voyage qui commence aux Etats-Unis et qui se clôt en Lituanie, sur la presqu’île de Courlande.
Au sein de l’exposition, les photographies se déploient de sorte à ce qu’elles embrassent le spectateur. Ainsi, il parcoure le poème en oscillant d’un pays à un autre, d’une rive à l’autre. Il passe de paysages urbains à ceux de la campagne jusqu’aux bords des mers et océans, avec ou sans présence humaine, qui parle de limite et d’horizon, de proximité et d’éloignement, de quotidien et de l’anecdotique à travers des solitudes et des objets échoués, des traces, des scènes désuètes d’artifices. Ces sensations sont accentuées par une absence de chronologie et de cohérence géographique plongeant le spectateur, non pas dans le fil d’une histoire sans fin mais dans un cycle qui est celui de la vie.

Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres

2013, vue d'exposition Rives en reste à la galerie Licence III, à Perpignan.
L'installation est une étape de travail essentielle car la place du spectateur est une question capitale pour moi. Ici dans Vers(et) deux terres, le spectateur est inséré dans le coeur du travail. Les photographies sont accrochées minutieusement sur l'ensemble des murs de la galerie. Elles fonctionnement à la fois comme un ensemble à part entière mais aussi en sous groupes tels des vers, des strophes créant ainsi un dialogue entre elles. L'installation Vers(et) deux terres fonctionne comme une table d'orientation. Les concrétions d'images constituent divers points de repères entre lesquelles le spectateurs est invité à voyager.

Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres
Vers(et) deux terres