Manoeuvrer # 1, 2, et 3

Manoeuvrer est une pièce qui s'articule en trois volets : Le Avant (#1 Déconstruire), le Pendant (#2 Port-d'attaches) et le Maintenant (#3 Il fait bon vivre ici). Il s'agissait de suivre une construction sur une longue période. La fragmentation souligne la sensation de durée. Elle relève des aspects différents comportant sur le même lieu, lui-même en transformation, en évolution.
Manoeuvrer #1 Déconstruire, 2009-2010, Impressions jet d'encre sur plexiglass, 24X32 cm, constitue la première partie. Elle est composée de trois photographies. Celles-ci ont été prises lors des prémices du chantier du Mucem telle une introduction au changement à venir ou en cours comme des repères, des marqueurs de temps.
Manoeuvrer #2 Port d'attaches, 2010-2012, impression fine art sur papier Hahnemühle, contrecollées sur bois, dimensions variables constitue le second volet (Pendant). Nous sommes confrontés au coeur de la construction. Celle où la transformation est manifeste. Nous faisons également le constat de la disparition de la vie passée et nous pouvons préfigurer l'avenir. Cette partie est la plus longue du corpus nous rappelant que les transformations dans une vie ne sont pas forcément rapides et évidentes. Au début de la série, je suis à l'intérieur du chantier faisant le choix d'intégrer les éléments architecturaux reconnaissables de l'extérieur. Ainsi, je suis localisable et renforce le caractère de ce qui a existé n'existe plus. Petit à petit, je suis ramenée à l'extérieur du chantier par la force des choses. Je continue et saisi l'entre-deux l'intérieur et l'extérieur mais en étant à l'extérieur cette fois.
Manoeuvrer #3 Il fait bon vivre ici, 2016, impression fine art sur papier Hahnemühle, encadrement acier, dimensions 50X70cmest le dernier volet. Le musée est terminé. Il est constitué d'une scène de deux adolescents sur les rampants du fort Saint-Jean en direction du Musée. Ces jeunes Marseillais prennent leur élan pour plonger dans la méditerranée à la lumière du soir présageant un bel avenir.

Manoeuvrer #1, Déconstruire
Manoeuvrer #1, Déconstruire
Manoeuvrer #1, Déconstruire
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #2, Port d'attaches
Manoeuvrer #3, Il fait bon vivre ici

Manoeuvrer #1 Déconstruire, 2011, Vue d'exposition Galerie nomades de la galerie Des Grands bains douches issu de leur projet Archist à Marseille.
Manoeuvrer #2 Port d'attaches, 2016,/em> Vue d'exposition Galerie Annie Gabrielli, invitation par le collectif Jour de Paye, à Montpellier.
Déconstruire est le premier volet de la pièce Manoeuvrer. Chaque partie se distingue par un choix formel qui lui est propre et qui soit en adéquation avec le propos. Les photographies sont installées sur un support en bois et en métal. La forme du croisillon, évoque celui d'un échafaudage dans le bâtiment, telle une mise en abîme du chantier. Cette micro-sculpture renvoie à l'aspect de fragilité contenu dans cet élément contrairement aux photographies qui elles révèlent le caractère solide, concret de la situation.

Manoeuvrer #1 Déconstruire
Manoeuvrer #2 Port d'attaches
Manoeuvrer #2 Port d'attaches
Manoeuvrer #3 Il fait bon vivre ici