• Ne pas rester en plan
  • Ne pas rester en plan
  • Ne pas rester en plan
  • Ne pas rester en plan
  • Ne pas rester en plan
  • Ne pas rester en plan

Ne pas rester en plan est une invitation au mouvement qui ne se limite pas au mouvement physique du corps, mais intègre aussi celui de la pensée. Penser la place de la Halle Delacroix puisque c’est de cela dont il s’est agi, nous l’avons fait dans un langage poétique, avec les habitants du quartier et les usagers de la place. Nous n’avons pas cherché à la définir, mais plutôt à déterminer la couleur de son vent ou à imaginer le goût de son bitume. Une place urbaine se vit, s’arpente, se touche, se colore, se sent. Par le dessin, le texte, la peinture, la photo, l’installation, et leurs ancrages dans l’espace, nous avons proposé de souligner les qualités plastiques intrinsèques de la place aux habitants du quartier et à ses usagers. Le résultat de toutes ces expériences et tentatives sont mises en relation dans ce livre-objet sous forme de marques-pages. À travers ces différentes pages mobiles, nous espérons vous faire partager l’essence de la place. Ce travail est issu de deux sessions d’ateliers participatifs, réalisées sur la place de la Halle Delacroix, au printemps puis à l’automne 2016.
Merci à Ines, Moufida, Lala, Tom, Ryan, Maria, Daisy, Abdou, Yanis, Mohamed, Bennaïr, Yanis, Nouhad, Hanane, Besma, Samy, Yasmine, Célia, Paul, Sheilla, Mounir, Besma, Anrifinat, Aurélie, Mégane, Wedjane et tous les autres, grands et petits pour nous avoir aidé à fixer sur le papier un moment de vie d’une place qui n’est plus pareille qu’avant en attendant de devenir autre chose...un peu comme nous tous. Sur une proposition de : Sophie Bellot, Florine Quatreboeufs et Matthieu Quinquis. Portée par l’association Les Têtes de l’Art, dans le cadre de l’édition 2016 de Place à l’Art.